Examen de fin d'année

La correction des épreuves

Les épreuves uniques peuvent contenir à la fois des questions à choix multiple et des questions à développement. Les réponses aux premières sont corrigées au Ministère et les réponses aux secondes le sont par les organismes scolaires(...)

Le traitement des résultats

Pour des raisons qui sont précisées ci-après, il arrive que le Ministère doive transformer certains résultats aux épreuves uniques et les notes d'école. On parle alors de conversion et de modération. Cependant, le Ministère ne «normalise» jamais les résultats -- au sens statistique du terme --, car, si tel était le cas, il devrait modifier les notes brutes de chacune des épreuves pour que celles-ci soient distribuées selon la courbe normale.

Le traitement des résultats à la suite d'une épreuve unique

La conversion

Par souci de justice, le Ministère veille à ce que les épreuves qu'il prépare comprennent d'année en année un degré de difficulté équivalent. Par ailleurs, rappelons-le, ces épreuves ne sont pas mises à l'essai avant d'être soumises aux élèves.

En dépit des précautions habituelles prises au cours de l'élaboration des épreuves, il se peut que le taux d'échec soit élevé. Dans ce cas, le Ministère peut apporter les correctifs nécessaires -- par exemple, éliminer une question mal formulée -- ou bien procéder à la conversion des résultats. Ce dernier procédé consiste à relever légèrement tous les résultats à une épreuve, ce qui diminue le taux d'échec. À cet égard, il est stipulé au premier paragraphe de l'article 470 de la Loi sur l'instruction publique qu'«afin d'éviter de pénaliser indûment les élèves, le Ministre peut réviser les résultats qu'ils obtiennent aux épreuves qu'il impose pour pallier les imperfections ou les ambiguïtés de ces épreuves qui peuvent être portées à sa connaissance après leur passation»(...)

La modération

En toute équité pour les élèves et conformément à la Loi sur l'instruction publique, le Ministère tente de rendre les notes des élèves comparables entre elles, même si celles qui proviennent des écoles ne le sont pas toujours. Cela se comprend facilement puisque les modes d'évaluation peuvent varier beaucoup d'une commission scolaire à une autre, d'une école à une autre, voire entre les enseignants et les enseignantes. De plus, le degré de difficulté des épreuves peut différer d'un organisme scolaire à un autre. C'est dans ce contexte que le Ministère a recours à la modération en vue de modifier à la hausse ou à la baisse la note d'école de chaque élève, après l'avoir comparée aux résultats obtenus par son groupe à l'école et à l'épreuve unique. Il en résulte une note d'école modérée qui est utilisée dans le calcul de la note finale.

Il est important de signaler que la modération ne peut pas faire échouer l'élève qui a obtenu la note de passage au cours de l'année scolaire et à l'épreuve unique.

La modération les raisons et les effets

La note finale

Pour chaque épreuve unique, la note finale tient compte du résultat obtenu au cours de l'année scolaire, note d'école modérée, et du résultat obtenu à l'épreuve unique, note convertie s'il y a lieu.






Comments